Les 8 livres à lire en vacances

Ma pile de livres à lire cet été à côté de ma jolie lampe Moomin

Chaque été, je prends le temps de lire. Il est devenu tellement difficile de s’arrêter de courir à droite et à gauche pour lire, entre toutes nos obligations. Même en vacances, c’est la course, il faut voyager, découvrir le plus de choses et nous oublions parfois de nous poser et de nous évader à travers les pages d’un livre.

Cette année, je me suis faite une promesse de lire plus qu’habituellement soit une trentaine de livres en 2019. J’ai donc une petite pile de livres à lire sur la plage. Mais je ne vais vous conseiller de lire ces livres, si je ne l’ai pas encore lu. Voici donc 8 livres que je vous recommande, à lire cet été, en vacances, que vous soyez sur la plage, dans votre jardin, dans un parc ou à l’autre bout du monde.

LES ROMANS À LIRE SUR LA PLAGE

Le mystère d’Henri Pick de David Foenkinos

Publié en 2016, « Le mystère d’Henri Pick » de David Foenkinos a fait parlé à nouveau de lui, cette année, avec l’adaptation cinématographique de Rémi Bezançon sortie le 6 mars 2019.

La synopsis

En Bretagne, un bibliothécaire décident d’ouvrir au sein de sa bibliothèque une section réservée aux livres refusés par les maisons d’éditions. Le bibliothécaire décède et la section des livres refusés prend la poussière. Tout bascule, lorsqu’une jeune éditrice accompagnée de son mari écrivain s’engouffrent dans les allées de cette section. Ils font la découverte d’un chef d’oeuvre écrit par un certain Henri Pick, pizzaiolo, décédé depuis deux ans et n’ayant jamais lu un livre ni même écrit une liste de courses. La jeune éditrice décide de publier le livre et contre tout attente, c’est un succès triomphant. C’est alors qu’un journaliste littéraire à la carrière en chute libre décide de mener son enquête sur Henri Pick, après avoir eu des doutes sur la véritable identité de l’auteur de ce best-seller.

Mon avis

« Le mystère d’Henri Pick » de David Foenkinos est un livre où l’histoire est rythmée, fluide et bien ficellée. Tout au long du roman, nous sommes plongés dans l’enquête et souhaitons nous aussi percer le mystère derrière l’auteur du livre. Tous les personnages sont intéressants sans pour autant s’attacher à aucun d’entre eux. Ce n’est pas un chef d’oeuvre mais le livre reste captivant et révèle la férocité du monde de l’édition où les rêves d’être publié peuvent être anéantis par un simple non, où le graal accordé par la publication de son livre ne garantit pas le succès et où enfin, dans notre société, la forme compte plus que le fond.

Les petits secrets d’Emma de Sophie Kinsella

Publié en 2003, en Angleterre, « Les petits secrets d’Emma » est un des petits bijoux de Sophie Kinsella. Auteure londonienne célèbre pour sa saga « Confession d’une accro au shopping« , elle est devenue la papesse de la « chick lit« . C’est un genre de littérature qui signifie littéralement : littérature pour gonzesse. Les romans issus du genre « chick lit » raconte l’histoire d’une héroïne, auxquelles les lectrices peuvent s’identifier (Bridget Jones, Becky Bloomwood ou Andréa). Le genre garde les codes des romans à l’eau de rose, tout en rajoutant de l’humour et 100% d’auto-dérision. « Les petits secrets d’Emma » de Sophie Kinsella est l’exemple parfait de la « chick lit« .

La synopsis

Ce n’est pas qu’Emma soit menteuse, c’est juste qu’elle a des petits secrets. Des trucs pas bien méchants. Par exemple, elle fait un bon 40, pas du 36. Connor, son petit ami, ressemble étrangement au Ken de Barbie. Elle ne supporte pas les strings, elle a très légèrement embelli son CV et elle déteste sa cousine Kerry. Enfin, avec Connor, au lit, c’est pas franchement l’extase. Bref, rien de bien méchant, mais plutôt mourir que de l’avouer. Mourir ? Justement ! Lors d’un voyage en avion passablement mouvementé, Emma croit bien voir sa dernière heure arriver. Prise de panique, elle déballe tout au séduisant inconnu assis à côté d’elle. Sans imaginer que le l’inconnu en question est l’un de ses proches. très proches même…

Mon avis

Emma, c’est nous ! Ce personnage si attachant nous parle à toutes (et à tous) puisque nous nous y reconnaissons en elle. En effet, nous avons tous des petits secrets, anodins mais embarrassants, que nous préférerions garder pour nous. C’est de loin mon roman « chick-lit » préféré, je l’ai lu au moins 10 fois (vous pouvez d’ailleurs le constater à la reliure bien abîmée) et je ris toujours autant. Ce roman est léger, drôle et pétillant, en somme, un livre « Feel Good« , en adéquation totale avec le rôle des vacances.

La petite boulangerie de Jenny Colgan

Publié en 2014, « La petite boulangerie » de Jenny Colgan est le premier tome de la série. Auteure écossaise de romans « chick lit » et de science-fiction, elle nous donne faim avec cette saga ainsi que celles du « Cupcake Café » et « Au Bord de l’eau« .

La synopsis

Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu’un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir à zéro ? Seule dans une boutique laissée à l’abandon, Polly se consacre à son plaisir favori : préparer du pain. Petit à petit, de rencontres farfelues – avec un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands – en petits bonheurs partagés, ce qui n’était qu’un break semble annoncer le début d’une nouvelle vie…

Mon avis

Après avoir lu ce roman de Jenny Colgan, vous n’aurez qu’une envie, tout plaquer pour aller faire du pain sur une jolie petite île coupée du monde. L’histoire de Polly est gourmande, iodée, touchante et drôle. En somme, cette lecture est idéale pour les vacances. Elle permet d’appuyer sur le bouton pause pour nous évader au travers le récit d’une jeune femme, qui a tout simplement besoin de se retrouver avec elle-même, après des déboires amoureux et financiers. Elle y trouve une passion et fait sur de belles rencontres. Ce roman « Feel Good » a même une suite pour ceux qui tomberont sur le charme des Cornouailles.

LE LIVRE SUR LE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL POUR ÊTRE EN PLEINE FORME À LA RENTRÉE

Le jour où j’ai appris à vivre de Laurent Gounelle

Publié en 2014, « Le jour où j’ai appris à vivre«  de Laurent Gounelle est un roman thérapeutique. Best-seller à sa sortie et traduit dans plusieurs langues, le quatrième roman de l’auteur aborde des sujets, qui résonnent dans notre société actuelle où la productivité et le matérialisme régissent nos vies.

La synopsis

Un dimanche à San Francisco, Jonathan fait une rencontre qui bouleverse sa vie. Une jeune bohémienne lui lit les lignes de sa main et lui apprend le pire. Cette annonce remet en cause toute son existence, ses valeurs et lui donne enfin l’envie de reprendre sa vie en main.

Mon avis

Ce roman lumineux et positif nous transporte à travers un voyage philosophique et initiatique. Cette fiction nous incite à prendre du recul sur notre vie et à nous amène à nous poser la question suivante : qu’est-ce qui donne du sens à ma vie ? L’auteur nous pousse à nous la poser dès aujourd’hui afin de ne pas être rempli par la suite, de regrets.

C’est une lecture qui soigne le moral. Elle sert de piqure de rappel durant nos vacances, pour nous rappeler de prendre soin de nous, de profiter de l’instant présent et de vos cultiver nos relations humaines. Pour illustrer son propos, Laurent Gounelle nous distille des faits et des anecdotes tout au long de Le jour où j’ai appris à vivre« . Bien que ce roman soit une fiction, il est assez fidèle à la réalité des vies menées aujourd’hui, par nous-même ou celle d’un de nos proches. Nous arrivons donc facilement à nous projeter.

8 idées de livres à lire pendant les vacances avec un cactus et la dolce vita

PENSEZ À LA PLANÈTE PENDANT VOS VACANCES AVEC CE LIVRE GREEN

Zéro Déchet de Béa Johnson

Publié en France, en 2015, « Zéro Déchet » est un ouvrage de Béa Johnson, qui compile tous ses conseils pratiques pour mener une vie sans déchet. Cette papesse du Zéro Déchet a réalisé 40% d’économie en réduisant ses déchets.

Mon avis

La crainte que certains pourraient avoir en lisant ce livre est de penser que tout ceci est irréalisable. En effet, tout le monde n’a pas le même train de vie que Béa Johnson. Mon conseil : mettez le côté radical de l’auteur et piochez quelques idées pour commencer à réduire vos déchets. Personne ne vous oblige à adopter à un mode de vie dès demain mais essayer de trouver du temps dans votre quotidien pour instaurer des pratiques éco-responsables : consommer un peu plus de vrac, éliminer les emballages plastiques et les produits jetables à usage unique, penser à la seconde-main avant d’acheter quelque chose de neuf, manger local et saisonnier, mettez vous au DIY (« fait par vous-même ») etc. Nous devons changer notre façon de consommer, il en va de notre responsabilité individuelle. Plus les mentalités évolueront, plus les industriels et politiques s’adapteront, afin peut-être de sauver notre belle planète.

LES ROMANS POLICIERS À METTRE DANS SES BAGAGES

La vérité sur l’affaire Harry Queber de Joël Dicker

Publié en 2012, « La vérité sur l’affaire Harry Quebert » est le second roman de Joël Dicker. Traduit en 40 langues et vendus 5 millions d’exemplaires à travers le monde, le roman de Joël Dicker a été adapté en série télévisée par le réalisateur français Jean-Jacques Annaud, avec Patrick Dempsey, dans le rôle de Harry Quebert.

La synopsis

À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente. Il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.

Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui. Harry Québert, son ami et ancien professeur d’université, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé. Il se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Mon avis

Un excellent roman policier, parfait pour les vacances. Dire que Joël Dicker a publié ce livre récompensé de multiples fois (Goncourt, Académie française…), à seulement 27 ans. L’histoire est captivante du début jusqu’à la fin, nous voulons nous aussi savoir la vérité derrière l’affaire Harry Queber. L’auteur nous tient en haleine grâce à ses personnages mystérieux bien décidés à garder leurs secrets ainsi qu’aux nombreux rebondissements. Le style est fluide, extrêmement bien décrit, nous devenons le bras-droit de Marcus dans son enquête, dans la paisible ville dans d’Aurora.

Agatha Raisin enquête : La quiche fatale (tome 1) de M.C Beaton

La série policière humoristique « Agatha Raisin » a été écrite par la romancière écossaise, Marion Chesney Gibbons, alias M.C Beaton, en 1992. Composée de 27 livres, cette saga a été adaptée en série télévisée, beaucoup moins drôle que la piquante Agatha Raisin peinte dans les romans.

La synopsis

Sur un coup de tête, Agatha Raisin décide de quitter Londres pour goûter aux délices d’une retraite anticipée dans un paisible village des Costwolds, où elle ne tarde pas à s’ennuyer ferme.

Afficher ses talents de cordon-bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire. Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l’arbitre de la compétition s’effondre et Agatha doit révéler l’amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur.
Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l’assassin.

Mon avis

Le risque lorsque vous commencerez à lire le tome 1 d’Agatha Raisin sera de tomber sous le charme du personnage et de vous lancer dans la lecture des 27 romans. J’en suis rendue au douzième. Durant votre lecture, vous serez transportée dans les Cotswolds, la campagne anglaise, sa brume, ses toits de chaume, ses commérages et ses meurtres. En effet, Agatha a le don pour se mettre dans des situations rocambolesques. Pour se sortir de ces situations, elle ne trouve qu’une solution : enquêter. Vous aimerez ce personnage drôle, grinçant, plein d’énergie et au franc-parler singulier.

LA DYSTOPIE : LE LIVRE DONNE À RÉFLÉCHIR

La servante écarlate de Margaret Atwood

Publié en 1985, « La servante écarlate » est un roman dystopique de Margaret Atwood. Devenu un classique de la littérature dystocique à l’instar de 1984 de Georges Orwell, le roman s’est vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde. La série adaptée de ce chef-d’oeuvre de Margaret Atwood, avec Elisabeth Moss dans le rôle principal, a été unanimement saluée par la critique. Le 10 septembre 2019, Margaret Atwood sortira la suite de « La servante écarlate » : The Testaments’, soit 34 ans après le premier tome.

La synopsis

Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté.

Mon avis

Comme ne pas aimer ce roman ? Un vrai coup de coeur. Avant de me lancer dans la série, je voulais lire le livre. Je préfère toujours commencer par le livre afin de me créer ma propre perception de l’histoire et des personnages. Je dois dire qu’après coup, la série est absolument parfaite. Revenons au roman, il est excellent et glaçant. En effet, nous sommes choqués de la rapidité à laquelle nous pouvons passer d’une démocratie à une théocratie totalitaire. Un claquement de doigts. Surtout, lorsqu’un gouvernement invoque des raisons de protection de la population pour instaurer sa dictature. Ce roman vous renverra à notre société actuelle. Vous ne pourrez pas vous empêcher de penser ô combien nos libertés sont fragiles. Cette fiction le réel frôlent les frontières du réel, cela vous donnera la chair de poule mais aussi l’envie d’agir.

Vos livres ?

Et vous, quels sont les livres qui vous accompagnent dans vos vacances ? Partagez vos lectures !

0

You may also like

Leave a Reply