CULTURE / LE 7e ART

Borgen, une femme au pouvoir : mon avis sur la série

Borgen une femme au pouvoir Birgitte Nyborg Netflix © Mike Kollöffel

Bon, j’arrive un peu après la bataille. La série Borgen, une femme au pouvoir ne date pas d’hier, la première saison est sortie en 2010. Disponible sur Netflix, je l’ai découverte suite à la recommandation de mes beaux-parents.

Je vous en parle aujourd’hui, puisque je l’ai dévoré avec Andrés, en quelques jours. L’univers, les intrigues et le personnage principal m’ont plus que convaincus. Pour être honnête, je n’avais pas nécessairement de grandes attentes. La politique, c’est déjà bien compliqué dans la réalité, alors, pourquoi se torturer à la regarder si ce n’est qu’une fiction. Mais mes beaux-parents avaient bien insisté auprès d’Andrés. Ils ont bien fait.

Borgen, ça raconte quoi ?

Pour vous pitcher en quelques lignes la série, Borgen, une femme au pouvoir raconte l’histoire de Birgitte Nyborg, présidente du parti centriste danois, qui la veille des élections ministérielles, gagne contre tout attente le coeur des danois et devient leur Première Ministre.

Désormais à la tête du pouvoir, elle nous embarque dans les coulisses où se mêlent compromis idéologiques, trahisons et stratégies. Élue notamment grâce un discours sans langue de bois et passionnée, elle comprend rapidement que maintenir ses idéaux politiques n’est pas chose aisée surtout lorsqu’il est question de garder le pouvoir. Elle prend tout de suite très au sérieux son nouveau poste de cheffe d’état et s’investit corps et âme. Par conséquence, sa vie personnelle est reléguée au second plan. Facilement compréhensible et pourtant pas forcément pour son mari.

Au travers des épisodes de la série, nous assistons à l’ascension politique d’une femme ambitieuse qui cherche à tout prix d’incarner une cheffe d’état respectée sans renoncer aux idéaux. Va-t-elle y arriver ?

Mon avis sur Borgen, une femme au pouvoir

Des personnages bien ficelés

Borgen, une femme au pouvoir est une série qui nous tient en haleine. Les épisodes sont rythmés par des intrigues politiques et médiatiques. Magnifiquement bien interprétée par Sidse Babett Knudsen, Birgitte Nyborg est un personnage que l’on admire et je ne pense pas être la seule. En gros, je suis fan. Pourquoi ? Parce qu’elle s’investit rapidement dans son nouveau rôle et s’impose sans jamais perdre de vue ses idéaux qui l’ont amenés jusqu’à “Borgen” (le château en danois – surnom du Parlement et des bureaux du Premier Ministre).

Grâce à la série, nous prenons conscience aussi de la difficulté de gérer une vie personnelle épanouie avec un rôle aussi important. Surtout pour une femme où son rôle de mère et d’épouse est d’autant plus scrutée et critiquée comparé à ces messieurs.

Les personnages qui gravitent autour d’elle sont tous très intéressants. Leurs ambitions, leur passé et leur personnalité ont été imaginés en amont de la série et tout est déroulé aux spectateurs de façon tellement logique et naturelle. Katrine Fønsmark, journaliste sur la chaîne nationale TV1, Kasper Juul, le “spin doctor” (responsable des relations presse et publiques) de Birgitte, Torben Friis, rédacteur politique de TV1 et Bent Sejrø, vice-président du parti centriste et ami de la première ministre sont clairement ceux pour lesquels je me suis attachée. Pour être tout à fait transparente avec vous, je ne pouvais pas supporter Kasper au début de la série mais à mesure que je découvrais son histoire, j’ai compris pourquoi il agissait ainsi.

Le traitement médiatique et la vie personnelle présents dans la série

J’ai aussi apprécié le traitement médiatique de l’information politique et par conséquent les coulisses des médias nationaux. La presse joue un rôle tellement important dans la vie politique, et je pense que nous le réalisons d’autant plus à notre époque.

L’angle choisi de relater la vie personnelle du personnage est également une excellente idée. L’énergie demandée et les responsabilités lourdes d’un tel poste ainsi que l’exposition médiatique que cela implique impactent forcément le personnage et sa vie personnelle. Et vice-versa sur sa vie professionnelle. Ce cercle vicieux rend fou. Est-il finalement possible de concilier une vie personnelle épanouie tout étant un chef d’état exemplaire ? C’est une question qui n’est pas aussi évidente.

La version originale indispensable

Je suis de la team version originale. Mais pourquoi j’insiste pour cette série ? Parce qu’il peut être tentant de la mettre en version française. En effet, le premier épisode est assez difficile à suivre, puisqu’il faut intégrer énormément d’informations : les prénoms de chacun, les noms des partis, la politique danoise, la rapidité des discussions… Heureusement, les sous-titres français nous aident (je n’ai pas non plus fait danois en LV1) et nous finissions très rapidement à nous faire au rythme de la langue. Puis, ça change et ça fait du bien de découvrir une autre langue qui plus est une langue nordique.

Une série politique actuelle et à succès

Bref, cette fiction tournée, il y a plus de 10 ans, sur la politique scandinave est très actuelle voire universelle. C’est une série palpitante, plein de rebondissements avec un casting des acteurs en or. Je ne peux que vous recommander de la regarder.

Et surprise, il y a quelques semaines, le créateur de la série Adam Price et Netflix ont annoncé une saison 4, qui verra le jour en 2022, soit 9 ans après la saison 3. Autant vous dire que nous sommes impatients de retrouver Birgitte Nyborg et Katrine Fønsmark.

Voici une petite vidéo de Sidse Babett Knudsen, qui incarne Birgitte Nyborg et qui parle couramment français. Cette femme en plus de jouer merveilleusement bien est impressionnante.

Si vous l’avez vu, quand avez-vous pensé ? Et si ce n’est pas le cas, qu’attendez-vous ?

Pas de commentaires

    Laissez un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.