L’automne canadien au Parc Algonquin

Emmy au bord du lac Opeongo au parc Algonquin

Dès mon arrivée au Canada, je souhaitais cocher les premières cases de ma to do list : profiter de l’automne canadien. Après plusieurs recherches, le Parc Algonquin revenait en premier dans les meilleurs lieux où/pour admirer l’automne en Ontario. Une collègue m’avait fait sauter le pas lorsqu’elle m’avait dit aller au même endroit.

J’ai aussitôt regardé les hébergements dans le parc Algonquin ou au plus près. Nous voulions être au coeur de la nature, nous avons donc choisi de vivre l’expérience du camping. Toutefois, nous ne pouvions pas nous permettre d’acheter et de transporter du matériel de camping. Nous avions également deux autres contraintes : le temps et la température.

Notre logement au Parc Algonquin : le glamping

Four Corners Algonquin répondait à tous nos critères : à seulement 2 minutes en voiture du parc, en pleine nature, dans une tente toute équipée et à un prix abordable pour de la réservation de dernière minute. Le coût était de 112€ la nuit, incluant une grande tente, un terrain privatif, des chaises longues, wi-fi, un barbecue et un feu de camp. Les propriétaires étaient réactifs à nos questions et nous ont envoyé un lien nous permettant de réserver gratuitement et en amont tous nos équipements de camping (sacs de couchages, accessoires de cuisine, etc.). Ils proposaient également à la vente un tas de bois pour 5$, nous l’avions réservé.

La tente clamping de Four Corners Algonquin

La location d’une voiture au Canada

Le transport n’est pas très développé au Canada, la voiture était donc la seule option pour aller au Algonquin Park depuis Toronto. N’ayant pas de voiture au Canada, Andrés s’était chargé de réserver une voiture de location. Il a regardé la compagnie de location de voiture, à Toronto qui était la plus intéressante : Economy.

Cette compagnie de location de voiture se trouve juste à côté de l’Aéroport Pearson Toronto. Pour deux jours de réservation, la location de la voiture chez Economy nous a coûté 66,50$ CAD et l’assurance 29,98$ CAD. Nous avons eu une Hyundai Elantra 2019, en très bon état. Bien que nous n’avons pas beaucoup à leur reprocher et que nous avons fait appel une deuxième fois, je ne les recommande pas. Leur accueil est médiocre, beaucoup de frais sont cachés et leurs avis sur Google sont déplorables. Nous avons eu un mauvais aperçu de leur part, deux mois après notre périple à Algonquin, nous avons reçu une amende de 10$ et 75$ de frais administratifs pour la gestion de notre dossier.

Un potimarron géant sur un camion sur la route 60 au Parc Algonquin

Le road trip jusqu’au Algonquin Park

Algonquin Park est à 3h30 en voiture depuis Toronto. Nous sommes donc partis avec Andrés vers 10h matin sur les routes ontariennes, tout en écoutant notre playlist adoré, sur Spotify (plus de 8h de pur bonheur). Nous avons eu besoin de faire un plein aller et un plein retour d’environ 70$ CAD chacun.

Conseil sur la route concernant les stations essence : Achetez directement à la caisse de la station d’essence, où vous payerez le montant exact de votre plein. Tandis, que si vous payez par carte depuis la machine, celle-ci prélève une pré-autorisation d’un montant défini par la machine et en fonction de votre achat. Ce montant sera par exemple de 100$ bien que votre plein soit à 70$. Le reste soit 30$ vous sera rendu deux-trois semaines plus tard.

La route 60 vers le Algonquin Park est déjà un voyage, en soit, en période automnale. Les couleurs vont du jaune vif à l’orangé fluorescent et au rouge orangé. Un magnifique spectacle pour les yeux.

Emmy sur le sentier Spruce Bog Boardwalk au Parc Algonquin

Le trail Spruce Bog Boardwalk au Parc Algonquin

Arrivés le samedi en début d’après-midi, nous avons décidé de faire un petit trail pour commencer notre week-end automnal, au parc Algonquin. Nous ne sommes pas de grands randonneurs, Andrés et moi. C’est pourquoi, nous avons décidé de commencer par un tout petit trail tout facile.

Le propriétaire de notre logement nous avait aussi conseillé de ne pas se lancer dans des trails difficiles et longs car la nuit tombe vite sur le parc Algonquin. Cela peut donc être dangereux pour des débutants comme nous, de s’aventurer l’après-midi dans le parc.

Nous avons donc choisi de faire le trail Spruce Bog Boardwalk, sur la route 60 à l’est du Park Algonquin. Ce trail fait 1,5 kilomètre et il est extrêmement facile. Pour vous donner une idée de la facilité de ce trail, de nombreuses personnes du troisième âge venaient de le finir lorsque nous l’avons commencé. Il est aussi accessible pour les personnes à mobilité réduite ou les familles avec des poussettes ou des enfants en bas-âge. En effet, le trail est aménagé tout le long avec un sentier plat en terre ou en bois.

Sa facilité n’enlève rien à la beauté du lieu. Durant notre trail, nous avons pu admirer les épicéas ainsi que les marécages et les tourbières. Nous écoutions les bruits de la nature et observions les moindres détails. Nous recommandons Spruce Bog Boardwalk pour tous les débutants et ceux qui seraient épuisés en fin de journée après plusieurs trails difficiles.

Où manger au Parc Algonquin ?

La veille, nous avions fait quelques courses pour notre dîner et notre petit-déjeuner au parc Algonquin. Les bières et les chamallows étaient indispensables pour notre premier feu de camps à tous les deux.

Après un peu plus de trois heures de route, nous sommes arrivés au parc Algonquin, nous avions un petit creux. Munis de notre carte, nous avions repéré qu’au centre d’information du parc sur la route 60, il y avait un espace restauration. Nous avons fait automatiquement demi-tour après avoir vu les horreurs proposées et l’hygiène catastrophique des contenants. Nous nous sommes rabattus sur un petit sandwich fait maison.

Le soir après notre trail, nous avions vraiment faim étant donné notre maigre déjeuner. Nous avions demandé à notre logement, des endroits pour dîner aux alentours. Autant vous dire que nous voulions quelque chose de pas très loin, simple, pas trop cher et plus qualitatif que l’horrible restauration proposée au centre du parc.

À deux minutes en voiture du parc côté Est et dans la ville dans laquelle nous séjournons, une pizzeria et un restaurant Algonquin Lunch Bar étaient ouverts et au centre de Whitney. Pas un large choix, nous nous sommes rabattus sur le restaurant. L’intérieur n’est pas des plus jolis et actuels, toutefois, la propreté et l’accueil étaient au rendez-vous. Leur menu du soir sandwich et soupe était exactement ce dont nous avions besoin. Copieux, bon et accessible. Nous y sommes revenus le lendemain pour déjeuner avant de repartir à Toronto et nous avions testé cette fois-ci les desserts du jour que nous recommandons, tellement ils étaient bons.

Camping et feu de camp au Parc Algonquin

Après notre dîner, nous avions réservé un peu de place dans nos ventres pour des marshmallows grillés et quelques bières. C’est peut-être la chance du débutant mais Andrés nous avons fait un magnifique feu de camp. Il nous éclairait dans la nuit noire et nous réchauffait en cette nuit d’automne dans les bois. Cette délicieuse soirée s’est terminée bien au chaud dans nos duvets d’hiver loués au logement. J’avais emmené mon ordinateur pour nous regarder une petite série sur Netflix. Nous en avions regardé qu’un seul épisode tellement nous étions épuisés.

Le lendemain matin, le réveil fut difficile. Il faisait si froid en dehors de nos duvets que de la buée sortait de nos bouches et mon huile de Jojoba s’était figé. Autant vous dire que nous avons fait vite pour faire notre toilette. Afin de nous redonner un peu d’énergie pour la journée, nous avions de quoi faire des quesadillas au fromage au barbecue. À ce moment-là, c’était les meilleurs que j’ai mangés de ma vie, tellement j’en avais besoin. Un petit thé Yogi Tea pour moi et un café pour Monsieur, nous étions revigorés.

Pagayer sur le lac Opeongo au coeur du Parc Algonquin

Après cette belle soirée au forêt, nous sommes partis à la découverte d’un des lacs du parc Algonquin : le lac Opeongo. La veille, nous l’avions repéré, étant à seulement 10 minutes en voiture de notre logement. D’ailleurs, j’avais pu acheter un de ses bâtons à viande, que l’on voit dans les séries et films américains. Si le bâton à viande ne détrône pas le saucisson, il n’en reste pas moins bon.

Comme nous nous étions levés assez tôt, il y avait seulement deux canoës sur le lac. Nous avons réservé un canoë pour deux à Algonquin Outfitters, au prix de 30$ environ. La réservation d’un canoë est journalière, ainsi nous n’étions pas pressés par le temps afin de profiter au maximum des paysages.

Pendant deux bonnes heures, nous avons donc pagayé sur le lac Opeongo. Enfin, c’était plutôt Andrés qui faisait tout le travail, mes bras de chauve-souris n’étaient en capacité de nous transporter. Le temps de cette balade sur l’eau, Andrés et moi avons pu apprécier le silence et la nature en espérant croiser un moose ou un ours. Malheureusement, nous n’étions peut-être pas assez discrets ou tout simplement pas là au bon moment. En résumé, le seul animal sauvage que nous avons vu est un tamia archi mimi (chipmunk en anglais). Si vous souhaitez absolument voir des animaux sauvages, renseignez-vous au centre d’information du parc, les visiteurs indiquent ce qu’ils ont vu, l’endroit et l’heure.

Le trail Two Rivers au Parc Algonquin

Après avoir admirer les lacs du Parc Algonquin, nous avons décidé de faire un dernier trail avant de terminer ce petit week-end au coeur de la nature canadienne. Compte tenu de notre niveau, nous avons choisi le trail Two Rivers, parfaitement adapté aux randonneurs intermédiaires que nous sommes.

Le trail Two Rivers est un sentier en boucle de 2,3 kilomètres au coeur de la forêt d’Algonquin. Bien que l’ascension fut facile, nous avons du être plus attentifs à nos pas qu’avec le trail Spruce Bog Boardwalk. La nature que nous offrait ce trail était absolument magnifique

À plusieurs reprises, j’ai toutefois sursauté après avoir entendu des bruits d’animaux. Je suis une petite peureuse. À mi-chemin, nous avons atteint les hauteurs du sentier, un des plus beaux points de vue du trail. Nous avions une vue directe sur le Parc Algonquin.

Après avoir descendu tranquillement la falaise, nous sommes retournés déjeuner à Algonquin Lunch Bar, puis, nous avons pris la route vers le sud, en direction de Toronto, vers 14h. Les images et les couleurs du parc nous ont accompagné tout le long du retour. C’est pourquoi, nous y retournerons, nous avons encore plein d’autres trails à explorer et nous devons absolument améliorer notre niveau en tant que randonneur.

2

Vous aimerez aussi

2 Commentaires

  • 3 mois d'expatriation à Toronto - Coeur à moteur

    […] deux autres escapades en Ontario étaient exceptionnelles. Nous sommes allés au Park Algonquin, un des plus beaux parcs naturels de l’Ontario, pendant la plus belle saison de […]

    2 mars 2020 at 7:36 Reply
  • Chantal

    Bravo Emmy. J’ai beaucoup aimé ton texte sur ton escapade au Parc Algonquin. Très vivant et enthousiaste. Ça fait rêver. Tes photos sont magnifiques. Tu es une artiste. Je t’embrasse. Chantal

    4 mars 2020 at 3:11 Reply
  • Laissez un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.